Corégonade en famille

Voici maintenant deux ans que mon père est à la retraite. Et malgré cela nous n’avions toujours pas trouvé un moment pour une partie de pêche. ça ne pouvait plus durer !

A l’occasion d’un séjour chez mes parents, avec l’aide de ma fille, j’avais élaborer un plan pour le faire venir à la pêche. Du haut de ses 4 ans, depuis plusieurs mois déjà, Charlotte me demandait pour venir pêcher en bateau. C’était dit nous irions à la pêche en bateau. Mamie n’était pas rassurée de savoir sa petite fille sur un bateau. La dite petite fille demanda : « Papy, tu viens à la pêche avec nous ? » Et papy se retrouva sur un bateau…

Une fois la petite équipe embarquée, nous faisons route vers un premier poste pas très éloigné de la mise à l’eau. Mes deux passagers, bien que novices, sont à l’aise. Arrivés sur le poste, les corégones apparaissent sur l’écran du sondeur. La pêche peut commencer. En moins de temps qu’il faut pour l’écrire, Charlotte est pendu à son premier corégone. Dans un premier temps, le lavaret monte, Charlotte mouline : tout va bien ! Puis le poisson redescend et là « ça tire fort papa ». Finalement c’est tout de même le poisson puis prend l’air et non l’inverse ! Charlotte est un peu surprise par tant de ferveur de la part d’un poisson, mais elle est joyeuse de voir un « gros » poisson sauter dans l’épuisette. Je ne vous cache de que je suis fier comme un pap…a !

papa4

Assez d’émotion pour aujourd’hui ! Charlotte a maintenant un nouvel objectif : mettre les poissons à l’épuisette ! Elle n’a pas longtemps à attendre, les corégones montent au bateau à une bonne cadence ! Et après quelques petits réglages , notre guillie en herbe est opérationnelle !

2015-06-11 23.29.57

Au départ, mon père met un petit peu de temps à comprendre la pêche et à percevoir les touches. Mais après plusieurs ratés, il focalise son attention sur le scion et enfin concrétise. Sa petite fille est là pour lui épuiser son premier corégone. Nous sommes en train de vivre un moment précieux.

papa3

Mon père a pris le coup et s’amuse maintenant comme un petit fou. Charlotte commence à trouver le temps long. Pour faire durer l’instant, j’attire son attention sur la « télé » ! Je lui explique les principes, lui fait voir quelques échos. Et tout naturellement aux passages suivants la gamine annonce : « Poisson. Attention, il monte, papy ! » Elle a tout compris !

papa2

Ainsi nous pêchons encore quelques temps. Charlotte a une nouvelle mission : annoncer les poissons. Nous, on les ferre. On en monte. on en rate aussi. On rigole. Du coin de l’oeil, je regarde mon père. Il prend beaucoup de plaisir à pêcher. Je suis heureux.

papa1

Le soir en repensant à cette partie de pêche, la douce mélodie de Perfect day de Lou Reed m’envahit.

Vivement la prochaine !

 


« (Previous Post)
(Next Post) »